From Cythera series A (2018)

Spuglia From Cythera 01
From Cythera 01. The ruins of Polyandrion.

.

Spuglia From Cythera 02
From Cythera 02. The triumph of Semele.

.

Spuglia From-Cythera-03
From Cythera 03. The bath of Venus.

.

Spuglia-From-Cythera-04
From Cythera 04. The gardens.

.

            Comme maints auteurs avant moi, je n’ai jamais mis les pieds dans l’île de Cythère, qui reste éminemment un lieu de l’imaginaire.

            Gérard de Nerval, qui a restitué à l’île grecque un statut de lieu réel, la décrit avec une précision due simplement au plagiat d’autres récits de voyage (Castellan, Stéphanopoli). Et la célèbre image du gibet à trois branches sur le rocher, reprise de manière si réaliste par Charles Baudelaire, est probablement une pure invention littéraire.

            J’ai à mon tour repris certaines gravures de la Hypnerotomachia Poliphili (Venise 1499), connue en français comme Le songe de Poliphile, que Nerval a utilisé comme un guide de voyage. L’essentiel de l’histoire de Poliphile et de son amoureuse Polia se passe dans Cythère, l’île de Aphrodite. Les images sont essentielles à la compréhension du texte et en sont presque le prétexte. Il s’agît de xylographies  d’auteur anonyme, de milieu vénitien. Elles ont eu une énorme influence dans les siècles successifs et notamment au XVIIIe, auprès d’architectes, peintres, concepteurs de jardins.

            En reprenant à mon compte ces planches j’ai d’abord songé à me rendre sur les lieux, en un défi posthume à Nerval. Finalement, je me suis dit que c’était une bonne chose que de ne pas y aller, et utiliser en revanche les images les plus récentes et aussi les plus abstraites que l’on puisse se procurer, c’est à dire les photos de Google map.

* * *

            Le travail qui résulte de cette démarche présente trois couches d’exécution et d’interprétation.

            Une première couche est la reproduction d’une gravure du Poliphile sur papier Canson. Elle présente des interventions d’artiste, dans l’esprit du coloriage et du gribouillage (sans lunettes), un peu comme quelqu’un qui occuperait les mains pendant une conversation téléphonique.

            La deuxième couche est un passage de couleur acrylique, un rouge fluo de la marque Lumen, qui crée un saut de plan visuel là où il couvre des surfaces.

            Et la troisième couche est une capture d’écran d’images satellitaires, prises sur le site de Google Maps. Il s’agît d’images rapprochées et déjà pixélisées, qui montrent des détails cartographiques de l’île grecque de Kithira, la Cythère des antiques et la Cerigo des vénitiens, située au sud du Péloponnèse.

            Ces images sont en même temps précises et abstraites déjà, avec leurs points de repère de bars ou d’établissements balnéaires. Ces photographies sont reproduites sur verre, en miroir. Elles montrent l’écart entre une vision mythique d’un lieu et l’une de ses possibles visions actuelles.

.

Spuglia-From-Cythera-05
From Cythera 05. The encounter with the wolf.

.

Spuglia-From-Cythera-06
From Cythera 06. The three doors of queen Telosia.

.

A text which accompanies this work in progress: see chapter five of Ruins in the island.

.

This entry was posted in TEXTES EN FRANÇAIS, TEXTS WITH IMAGES and tagged . Bookmark the permalink. Comments are closed, but you can leave a trackback: Trackback URL.