Ceramic writings (2003-2018)

Tiles grammar lesson 01-02

Carreaux animaux rouge 20x20 02 bd

Spuglia ceramics are produced in warm collaboration with Vietriscotto (Italy).
A new delivery is planned for Easter 2019: soup plates (22,5 cm) and dessert plates (20,5 cm) with excerpts from Shakespeare’s Tempest.
.

Spuglia Philosophie 01La philosophie dans le boudoir
.

Spuglia Vedo rosso a

Spuglia Vedo rosso b
Vedo rosso (collection Lo Giudice-Mitrofanoff)
.

Spuglia-tavolo-croceverde
Tavolino croce verde
.

tavolo-martini
Tavolino Martini
.

tavolo-rossonero
Table Rouge et Noir
.

cher-papa-et

bagno-ercadi
Bagno Ercadi
.

Spuglia-bagno-Donnini-Occhiuzzi1
Bagno Occhiuzzi-Donnini
.

assiettes-de-trimardeur
Assiettes trimardeurs
.

zoccoli-trimardeur1
Carreaux trimardeurs
.

Spuglia-Ecuelles-animaux-20-cm
Assiettes Halit
.

Piatti Inuit 2015Plates drum songs
.

Table-dressée-2016
Assiettes Heidsieck
.

Zoccoli rossi restanti
Carreaux à plinthe.

.

spuglia-zoccoli-scrittiZoccoli verderamino
.

Spuglia piatto onda Ginestra
Piatto “onda” La ginestra
.

Screen Shot 2015-12-21 copie

.

 

La philosophie dans le boudoir
Vietri sul Mare est une petite ville de cinq ou six-mille habitants, perchée à l’extrémité du golfe de Salerne, à cinquante kilomètres au sud de Naples.
Depuis l’antiquité, grâce à un courant longeant les côtes du nord au sud, qui amenait naturellement ses bateaux vers la Sicile, les entrepreneurs de Vietri ont pu exporter la vaisselle faite avec la glaise des inépuisables carrières qui se trouvent à l’intérieur de ses terres.
Aujourd’hui encore la fabrication artisanale de la céramique est son activité principale. Dans les rues et les places de cette ville tout ce qui est signe est fait de ce matériau: façades, enseignes, pancartes, vases et animaux en faïence donnent à Vietri un aspect d’entrepôt de pacotille peinte à ciel ouvert.
Si on a des amis là-bas, on peut être introduit dans l’un de ces laboratoires artisanaux, pour y faire ses propres carrelages. On vous donne un tabouret au milieu des ouvriers, on vous confie un pot de la couleur que vous aurez choisi, un bleu de Delft par exemple, et on place à coté de vous une palette de carreaux prêts à être émaillés.
Sous le regard des ouvriers, curieux de voir ce que vous savez faire, vous aurez à décider comment couvrir de signes ces dalles. Vous avez décidé de jouer une parodie de l’art populaire, avec ses desseins «bien faits», ses dictons écrits en belle calligraphie. Vous avez décidé de mettre un texte philosophique sur ces surfaces, bien que ce ne soit pas la surface naturelle pour un tel travail de transcription. Vous sortez un livre de votre poche, un livre en langue étrangère, parce que vous n’avez pas envie que soit lisible ce que vous écrivez. Vous vous mettez à l’œuvre, d’une main maladroite qui ne vous obéit pas. Le pinceau va là où il veut, vous le laissez faire, cela peut vous convenir que de rédiger en mauvaise écriture un beau texte. On s’approche de vous et on vous fait gentiment remarquer que vous n’utilisez pas le bon pinceau. Mais, même avec le bon, vous en mettez partout. Au bout de quelques heures, les gens sont fatigués de se laisser amuser par vous et comprennent qu’il n’y a rien à faire, ils vous laissent tranquille. Vous en êtes à la troisième page de la philosophie dans le boudoir et au cinquantième carreau, vous n’en pouvez plus, maintenant votre main est libre vraiment et elle écrit ce qu’elle veut, et la journée de travail est bientôt finie.

.

This entry was posted in APPLIED ART, TEXTES EN FRANÇAIS, TEXTS WITH IMAGES and tagged , . Bookmark the permalink. Both comments and trackbacks are currently closed.